La journée avait été longue. J’étais fourbu lorsque je suis rentré ce soir là. Elle m’attendait confortablement assise dans un canapé du salon. J’ai retiré ma veste et ma cravate et jeté le tout sur le dossier d’une chaise avant de la rejoindre.

Sans un mot elle a dégrafé ma chemise, détaché ma ceinture, passé sa main sous mon pantalon, attrapé ma queue à travers mon boxer.J’ai poussé un soupir d’aise et je me suis laissé ôter un à un tous mes vêtements entre deux caresses. Et je me suis retrouvé debout, nu devant elle, immobile.

Elle a attendu un long moment, tourné autour de moi, me détaillant du regard, toujours silencieuse.

Elle a posé ses mains sur mes épaules, pesant légèrement mais fermement sur celles-ci. Je me suis agenouillé, irrésistiblement.

Elle a accentué sa pression. Je me suis mis à quatre-pattes.

Elle est alors venue s’assoir devant moi et m’a montré ce collier. Sans un mot, ses yeux fixant les miens, attendant ma réponse à cette présentation.

« Oui », ai-je murmuré. Et j’ai baissé la tête pour dégager mon cou.

C’était il y a trois ans et plusieurs mois.

 

Publicités