Mercredi soir :

– Vendredi soir je reçois un amant. Comme tu serais encombrant, je te prête à la voisine pour la soirée. Tu la connais un peu, on avait joué avec toi il-y-a deux mois dans une soirée de dominatrices.

– La folle qui m’avait cravaché jusqu’au sang ? Mais… Maîtresse, je pourrais rester ici caché dans un placard… Je ne ferai pas de bruit, je le jure !

– Oui, celle-là. Non, Je te prête. Les placards sont trop étroits. Il faudrait te sortir pour pisser ou un truc comme ça. Ce type est un vrai dominant, je n’ai pas envie qu’il te voie ici.

– Mais…

– Tais-toi ! Tu feras comme je veux et tu n’en seras que mieux récompensé ensuite.

La conversation était terminée, vendredi je serai prêté et je n’avais pas mon mot à dire.

Vendredi, 16 heures :

– J’ai une grande nouvelle ! Tu vas a-do-rer ça ! Ce soir ma copine profite de ta présence pour organiser une soirée cunni avec ses amies. Tu vas pouvoir lécher une dizaine de chattes ! Cyprine à volonté pour ta soirée !

– Oooh !

– Je lui ai aussi expliqué que tu n’as pas le droit de te toucher sans mon autorisation et que tu n’as le droit de jouir que sodomisé ou cravaché. Du coup elle en a parlé autour d’elle et ses amies veulent toutes voir ça.

– Elles vont me détruire…. Je ne veux pas y aller!

– Mais non… Je pense au contraire que tu vas passer une excellente soirée. Allez, enfile ton harnais que je te fasse beau pour elles mon garçon. Et cesse de pleurnicher, si elles doivent te bâillonner, elles seront frustrées et tu devines facilement comment la soirée va se dérouler, hein ?

– Et… ma récompense, ce sera quoi Maîtresse ?

– Ah oui ! J’avais oublié… Bon, si besoin j’irai t’acheter une crème apaisante demain matin, ok ?

Publicités